BLOG
Compétition

Analyse du parcours du Marathon de Biarritz đŸ€©

Joan un Campusien de la rĂ©gion Basque te donne toutes les clĂ©s et difficultĂ©s du parcours du Marathon International de Biarritz. C'est le moment de prendre des notes pour Ă©tablir ta stratĂ©gie de course et eviter les surprises đŸ”„

Par
Joan

Que ça soit ton premier marathon ou non, il est primordial de bien analyser le parcours pour établir ta stratégie de course. Sur le Campus on te donne l'allure de compétition qui est la plus adaptée selon nous en fonction de ton niveau mais surtout en fonction de toute ta préparation

Aujourd'hui, c'est Joan un Campusien de la rĂ©gion Basque et habituĂ© du parcours pour l'avoir empruntĂ© des dizaines de fois, qui va te donner tous ses petits tips et piĂšges Ă  Ă©viter pour le jour J đŸ”„

đŸƒđŸ»đŸƒ DĂ©couvre nos programmes d'entraĂźnement personnalisĂ© Marathon ici

Le départ du tout premier marathon international de Biarritz est tout proche

Tu es excitĂ© ? C’est normal et tu as bien raison !

La cĂŽte basque est enfin dotĂ©e d’un marathon digne de ce nom et nous allons dĂ©couvrir ensemble ce parcours exigeant et authentique, une chose est sĂ»re, l’expĂ©rience sera inoubliable.

Si tu sors du marathon de Paris et que tu as trouvĂ© le parcours difficile, attends d’avoir goĂ»tĂ© au 42,195km basque avec ses 480mD+/- contre les 120mD+ parisien.

Le dĂ©part et l’arrivĂ©e seront donnĂ©s au stade Aguilera, cĂ©lĂšbre enceinte de rugby du Biarritz Olympique.

‍

Le départ du Marathon de Biarritz

Le coup de feu est donnĂ©, nous partons sur les premiers kilomĂštres dans les rues pavillonnaires biarrotes, c’est roulant avec pas mal de changement de virage et le premier faux plat arrive aprĂšs environ 800 m sur l’avenue Tamames.

Le conseil du coach et de Joan un Campusien "On le dit sur toutes les courses et pour toutes distances, ne pars pas trop vite ! Tes jambes sont fraĂźches, tu es plein d’adrĂ©naline et il est facile de partir en surrĂ©gime, mais attention ce parcours te le revaudra plus tard 😉".

Les premiers kilomĂštres et les premiers piĂšges du parcours

Il n’y a pas vraiment de plat sur les 4 premiers kilomĂštres, ça monte et descend sans arrĂȘt, nous sommes bien Ă©chauffĂ©s maintenant.

Nous passons de rue en rue assez rapidement jusqu’à cette trùs belle descente au niveau de la rue Harcet.

La descente dure 1 km, elle est trĂšs large et permet de rĂ©cupĂ©rer sans effort, lĂšve bien la tĂȘte, tu pourras y apercevoir quelques sommets ainsi que le chĂąteau d’Ilbarritz au loin.

Le conseil du coach et de Joan : "Les descentes sont apprĂ©ciables pour rĂ©cupĂ©rer au niveau cardio mais attention Ă  la technique de foulĂ©e ! En effet quand on est relĂąchĂ© et avec l’envie de souffler, il est tentant d’allonger la foulĂ©e loin devant qui se traduit par un choc plus important sur le sol. D’un autre cĂŽtĂ© il ne faut pas trop se freiner car ça te fatiguera Ă©galement."

Il y a un juste milieu, nous te conseillions de courir relùcher tout en gardant une cadence de pas élevé, de ne pas trop utiliser le talon, ainsi tu iras plus vite et tu pourras te préserver musculairement pour la suite de la course.

Km 8 : La montée rue Harausta

Aprùs un passage autour du lac Mouriscot il est temps de prendre la direction de Bassussarry, mais pour cela il va falloir monter. Tes jambes se souviendront de la cîte rue d’Harausta au KM8.

Image

‍

À partir du lac le parcours qui Ă©tait jusqu’à maintenant commun avec le semi ne l’est plus.

Nous sortons de la ville et arrivons trĂšs vite dans la campagne d’Arcangues. Changement radical d’environnement oĂč nous pouvons admirer des grandes maisons typiques basques rouges et blanches. Nous arrivons dans le bourg de Bassussarry aprĂšs environ 13 km de course.

Un petit demi-tour, nous passons une deuxiÚme fois devant la charmante église Saint-Barthelémy.

Le conseil du coach et de Joan un Campusien "Il y aura des ravitaillements environ tous les 5 km, prends le temps de t'alimenter et t'hydrater. Il vaut mieux perdre vingt secondes à reprendre des forces plutÎt que de vouloir repartir trop vite et se mettre en difficulté plus loin."
Image

‍

De village en village tu vas en prendre plein les yeux 😍

Direction le prochain village avec une section vallonnĂ©e. Nous passons sur les chemins Ă©troits du golf d’Arcangues comprenant une belle descente en S et deux tunnels, tu ne verras pas ça tous les jours !

Nous arrivons Ă  Arcangues, vue plongeante sur le golf avec en toile de fond les sommets pyrĂ©nĂ©ens, nous pouvons parier qu’on n’y verra beaucoup d’entre nous s’arrĂȘter pour immortaliser le moment.

Petit tips de Joan : "Un marathon c’est long et celui-ci est beau, pour ne rien regretter, prends le temps de prendre quelques clichĂ©s si tu en as envie, tu ne perdras pas de temps et les souvenirs resteront."

Changement de paysage : direction la forĂȘt

À prĂ©sent, nous sommes revenus en pleine campagne et nous quittons la route pour arriver dans une agrĂ©able forĂȘt avec accĂšs uniquement piĂ©ton, un bain de verdure qui nous ferait presque penser Ă  une course nature.

En sortie de forĂȘt nous arrivons directement dans le village d’Arbonne, aussi charmant que Bassussarry, nous y passons rapidement en longeant l’église Saint-Laurent. Il est dĂ©sormais tant de prendre la direction de Bidart sur des routes larges descendantes et plates. Toutefois ce n’est pas le moment de s’emballer car nous ne sommes qu’au semi.

Conseil touristique de Joan : "Sur le chemin nous passons devant le moulin de Bassilour, je te conseille vivement leurs gñteaux basques 😊".
Image

‍

Le marathon de Biarritz : un parcours plein de surprises

AprĂšs un passage dans le camping « Le ruisseau », nous longeons pendant quelques kilomĂštres l’autoroute sur un chemin refait Ă  neuf. Chaque section amĂšne un changement, que ce soit le revĂȘtement ou le paysage, la monotonie n’existe pas ici. De la route, du chemin, de la voie verte et un passage sous un tunnel nous emmĂšnent Ă  la plage d’Uhabia de Bidart pour une explosion de fraĂźcheur le long du littoral.

Nous sommes au KM26 et une difficulté majeure nous attend avec une cÎte de 4 km.

Le conseil du coach et de Joan un Campusien "pour privilĂ©gier l’explosion visuelle de l’architecture Bidartar plutĂŽt que physique il est recommandĂ© de bien s’écouter et d’en garder sous le pied, en effet Ă  ce stade nous avons dĂ©jĂ  fait une bonne partie de D+ mais il en reste encore beaucoup."

Un passage sur la place, nous tournons Ă  gauche pour la fin de la cĂŽte amenant au plateau de la corniche dont la vue sur l’ocĂ©an ne vous Ă©chappera pas.

KM 30 : Le mur du Marathon ?

Non plutît une longue et belle descente tant attendue avenue de Biarritz nous amenant tranquillement à la plage d’Ilbarritz puis de la Milady, nous sommes maintenant revenus sur Biarritz.

Pas le moment de sortir les serviettes, mĂȘme si c’est extrĂȘmement tentant tellement nous sommes proches de l’eau.

À partir d’ici le parcours est de nouveau commun avec celui du semi.

Un peu plus loin nous attend la cĂŽte de l’avenue de la Milady et avec en rĂ©compense une descente en direction de la mythique maison Beltza, du rocher de la vierge et du KM35.

Le phare est proche mais il se mĂ©rite, pour aller le chercher nous descendons vers la grande plage et l’hĂŽtel du palais pour aussitĂŽt remonter avenue de l’impĂ©ratrice oĂč nous pouvons admirer les grandes villas (Roche Ronde).

KM 38 : la fin du Marathon de Biarritz approche

Tu es au phare de Biarritz.

Ici la rĂ©compense est au summum sur l’esplanade Elisabeth II, tourner la tĂȘte Ă  gauche, tu auras une vue imprenable sur la cĂŽte basque et sur le chemin parcourus pour arriver jusqu’ici.

‍

Le conseil du coach et de Joan : "Attention toutefois Ă  ne pas te faire la cheville avec le mobilier urbain. 😉 ArrivĂ©e au phare tu y es presque c’est le moment de sortir de ta rĂ©serve si tu as encore des forces."

Le bouquet final, direction la ligne d’arrivĂ©e.

Conseil de ton coach : "Sur la fin du parcours, la succession de cĂŽtes est encore plus difficile Ă  gĂ©rer, et particuliĂšrement lors de la phase de transition montĂ©e/descente ou inversement. En effet, la montĂ©e est un effort concentrique et la descente excentrique. Attention donc de ne pas relancer trop fort en haut d’une cĂŽte sous peine de risquer la crampe. Si tu es en difficultĂ© pas de panique, l’alternance marche/course fonctionne trĂšs bien, il est parfois mĂȘme plus productif que de s’obstiner Ă  courir coĂ»te que coĂ»te."

Comme lors du départ, nous retrouvons des rues pavillonnaires Boulevard Sainte-Madeleine et avenue Lahouze.

Au KM41 la cĂŽte de la rue de Parme avec ces 14% nous rappelle que nous ne sommes pas venus ici (que) pour faire du tourisme et que jusqu’au bout il nous faudra ĂȘtre fort dans les jambes et la tĂȘte.

Nous tournons Ă  gauche avenue Tamames, oui tu as dĂ©jĂ  entendu ce nom et c’est trĂšs bon signe car tu y es presque !

On donne tout jusqu’à l’arrivĂ©e Ă  Aguilera,

Bravo tu es finisher !

Joan, pacer Ă  Bayonne pour Campus.coach

‍

Image

‍

Partager l'expérience

Comme un club !

Une communautĂ© sur Discord pour discuter et partager avec d’autres coureurs de Campus partout dans le monde comme dans un club !

Rejoindre la communauté