BLOG
Le Grand Débat

Entraînement à la fréquence cardiaque en course à pied ou à la vitesse ? | LE GRAND DÉBAT CAMPUS #4

Aujourd'hui, il existe de nombreuses données pour nous aider et suivre notre progression. Mais encore faut-il savoir les analyser et les prendre en compte au bon moment. Nous avons débattu avec les coureurs du Campus sur Discord pour savoir s'il y avait ou non une donnée plus importante que les autres pour analyser une séance. Notre coach Tristan vous résume se débat et vous délivre les clés pour enfin y voir plus clair !

Par
Tristan

Pour progresser en course à pied, on peut soit s’entraîner au hasard, soit structurer et contrôler son entraînement. Une structure précise et adaptée, c’est ce qu’on vous propose avec le campus. Car vous l’aurez sûrement remarqué par vous-même, quand il s’agit de progression, la chance et le hasard ne sont pas des alliés fiables.

En course à pied il existe deux données principales pour contrôler son entraînement : la vitesse et la fréquence cardiaque.

Est-ce que l’une est supérieure à l’autre ? Vaut-il mieux privilégier la vitesse ou le cardio ? Pour nous aider à y répondre, nous avons interrogé les coureurs du campus sur leur utilisation.

Alors courir au cardio ou courir à la vitesse ?

Le sujet semble trouver un consensus : la majorité des coureurs utilisent les deux, mais pas au même moment.

  • La fréquence cardiaque est la préférée des coureurs quand il s’agit d’endurance fondamentale et du jour de la course.
  • La vitesse est le champion quand il s’agit d’entraînements fractionnés.

Pas vraiment étonnant à vrai dire, puisque c’est la méthodologie que nous partageons dans nos plans et nos articles du campus.

La fréquence cardiaque en course à pied : un allié de choix

La fréquence cardiaque est variable. Elle dépend de beaucoup de facteurs : le sommeil, la météo, le stress, l’hydratation etc… Ce qui en fait un bon indicateur les jours où on veut adapter son entraînement à sa forme du moment.

Cyril un coureur du campus "Le cardio est utile pour les sorties EF et aussi en course, à partir du semi-marathon au moins, pour ne pas trop se cramer sur la première partie de la course".

C’est le cas des séances d’endurance fondamentale où un de leur rôle est de tamponner les variations de forme en acceptant de ralentir certains jours où ça va mal mais aussi les jours où ça va trop bien. (Vous avez plus de détails sur ce sujet précis dans les articles accompagnant votre plan campus.)

Pareil le jour de course, avec l’adrénaline de début de course, les sensations peuvent être décorrélées de nos capacités. La fréquence cardiaque en parallèle de la vitesse est donc un bon feedback pour nous éviter de voler en éclat avant la fin de la course.

La vitesse : championne pour le fractionné

Pour les fractionnés, notre philosophie sur le campus est à l’inverse la forme du jour pour réaliser sa séance. La mission du coureur étant aussi de faire en sorte d’arriver le plus frais possible sur ce genre de séance. C’est pour cela que la vitesse s’y prête parfaitement.

En parlant de fractionné, j’en profite pour vous partager 2 petits conseils qu’ont rappelés très justement nos coureurs :

1. Pensez à paramétrer votre montre pour vous donner l’allure moyenne sur l’intervalle en court au lieu de la vitesse instantanée. Cela permettant de lisser les erreurs de GPS.

2. Sur la piste, ne vous fiez pas au GPS. Reprenez votre bon vieux chrono.

Boubox un coureur du campus "ça, c'était la partie facile, sur du plat mais avec du dénivelé, c'est plus compliqué… Je surveille encore plus mes BPM histoire de ne pas me tromper complètement de zone de travail".

Une nuance est à prendre en compte lorsque l'on parle de vitesse, comme le soulignent les coureurs du campus :

La vitesse ne fonctionne que si l’on court à plat. Dès lors où on court en terrain vallonné où en montagne, la fréquence cardiaque est le seul indicateur utilisable. De même en sous-bois par exemple où les signaux GPS sont très imprécis.

Pendant qu’on parle de précision du matériel, Vous avez été nombreux à signaler qu’il y avait une autre donnée fraîchement débarquée dans le monde de la course à pied : la puissance.

Un nouvel indicateur : la puissance

Largement utilisée en cyclisme, elle permettrait aussi en course à pied d’obtenir une donnée encore plus absolue que la vitesse. Permettant de s’affranchir du dénivelé et du sens du vent. Elle viendrait donc remplacer progressivement la vitesse sur les séances fractionnées et viendrait largement faciliter la vie de nos traileurs.

Romain un coureur du Campus "Le mieux c'est quand même d'avoir un stryd, on peut se fier à la puissance instantanée".

Même si rien n’est plus absolu qu’une piste et un chrono, cette technologie, une fois aboutie, ouvrira de nouvelle possibilité.

Entraînement à la fréquence cardiaque en course à pied : comment ça marche ?

Une donnée humaine : Votre ressenti

Pour finir il y a une autre donnée qu’aucune montre n’est capable de vous donner. C’est votre ressenti.

Pour moi, courir 100% du temps à la sensation est contre-productif. Vous trouverez toujours quelqu’un qui arrive à un bon niveau comme ça. Mais de la même manière que vous trouverez toujours des gagnants dans un casino.

Coline une coureuse du Campus "Je connais des gens qui ne s'entraînent qu’aux sensations, sans regarder l'allure ou le cardio, et qui progressent quand même".

Le ressenti peut être trompeur, je prends pour témoin le nombre de débutant courant beaucoup trop vite en endurance fondamentale et se blessant ou ceux partant trop vite sur les premiers km d’une course.

Il peut aussi nous empêcher d’être productif à l’entraînement les jours où on a un peu moins envie que d’autres.

Cela étant dit : ne vous coupez jamais de vos sensations. Les données devraient être utilisées comme repère pour renforcer vos sensations, pour apprendre à les analyser et à les comprendre et non l’inverse.

Comme le souligne très justement un d’entre vous : Les professionnels s’entraînent avec une montre pour être efficace mais cours sans en compétition.

Fréquence cardiaque et vitesse : mieux appréhender vos sensations

Alors pour progresser, laissez-vous guider par votre plan d’entraînement campus en suivant les vitesses conseillées. Mais si un jour vous perdez votre montre, faites-en sorte d’être toujours capable de courir.

Pour retrouver l’intégralité de ce grand débat ou pour participer aux prochains, je vous donne rendez-vous sur le Discord du CAMPUS. Sinon, n’hésitez pas à continuer à participer à ce débat en commentaire de cette vidéo.

Encore une fois, merci à la communauté du campus pour vos partages, on se donne rendez-vous, dans un prochain épisode du grand débat.

Partager l'expérience

Comme un club !

Une communauté sur Discord pour discuter et partager avec d’autres coureurs de Campus partout dans le monde comme dans un club !

Rejoindre la communauté